Centre Communal d'Action Sociale (CCAS)

Le Centre Communal d’Action Sociale (CCAS), a pour vocation d’accueillir des personnes, d’être à leur écoute, de les informer et de les orienter vers les organismes compétents en fonction des problématiques évoquées.

En raison de travaux, le CCAS est transféré temporairement à la Villa Arc-En-Ciel, 15 rue du Général Leclerc. Les horaires d'ouverture au public restent identiques.

Le Centre Communal d’Action Sociale ou CCAS est un établissement public administratif, présent de droit dans la commune.

Il est géré par un Conseil d’administration présidé par le Maire/Président ou le Vice-Président/Adjoint au maire de l'Action Sociale. Il est composé de 10 membres, dont 5 élus et 5 nommés par le maire en fonction de leur investissement social dans la commune.

Le conseil d'administration est à la fois une instance de réflexion définissant les orientations de la politique sociale et une instance de décision en matière d'aides à la personne.

Le CCAS dispose d'un budget autonome. Différentes sources de financement peuvent être distinguées: subventions de la ville, du Département, dons...

Tout Bischheimois en difficulté peut trouver au CCAS une écoute et une aide adaptée à sa situation.

Les missions du CCAS

Le Centre Communal d’Action Sociale anime une action générale de prévention et de développement social. Il a pour vocation d’accueillir des personnes, d’être à leur écoute, de les informer et de les orienter vers les organismes compétents en fonction des problématiques évoquées.

Chaque usager de l’aide sociale bénéficie d’un suivi exercé par un intervenant social ou un travailleur social qui sera son interlocuteur unique, et qui suivra son dossier.

Le CCAS gère :

  • l’aide « légale », dite obligatoire (aides de l’État qui les délèguent aux CCAS) : 
    • en faveur des personnes âgées,
    • en faveur des personnes handicapées
    • en faveur de la santé et de l’accès aux droits
    • la domiciliation,
    • les regroupements familiaux,
    • l'obligation alimentaire.
  • l’aide « extra-légale », dite « facultative » (puisqu’au choix du Conseil d'administration) et concernant : 
    • les aides alimentaires,
    • les aides financières,
    • le suivi budgétaire des familles,
    • l’appui, le logement social,
    • l'accompagnement RSA.