Gestion environnementale des espaces verts

Soucieuse de préserver l'environnement, la ville a mis en place des pratiques vertueuses dans la gestion des espaces verts.

La démarche de développement durable de la ville dans sa gestion des espaces verts, s'articule autour de 4 axes essentiels :

Suppression des produits phytosanitaires

Depuis le 1er janvier 2017, la ville pratique le « zéro phyto » conformément à la réglementation en vigueur.
Cette démarche s’est traduite par l’obtention du label « 3 libellules » décerné par la Région Grand Est et l’Agence de l’eau Rhin Meuse en 2019.

Des méthodes alternatives aux pesticides sont mises en œuvre comme :

  • le désherbage manuel et mécanique
  • l'utilisation d’engrais organiques
  • le paillage des pieds de massif

et la ville milite pour la tolérance aux herbes folles sur l'espace public.

Gestion de l'eau

La ville assure un suivi de l’ensemble des consommations d'eau par des relevés et la tenue de tableaux de bord, permettant ainsi un contrôle précis sur l’évolution de son utilisation.
Elle a pris le parti de ne plus arroser les pelouses et gazons.
Néanmoins certaines techniques d’irrigation sont utilisées ponctuellement pour les massifs floraux comme l’arrosage automatique par système goutte à goutte, tuyères, aspersoirs ; gérés par programmation horaire et pluviomètre.
En terme d’économie d’eau, l’essentiel de notre démarche réside dans les nouvelles techniques culturales faisant appel à la plantation de végétaux peu gourmands en eau et combinée au paillage des pieds de massif.

Les déchets verts

La tendance est à la réduction du nombre de tonte des espaces verts, voire la suppression totale en fonction des lieux, conformément au plan de gestion différenciée des espaces verts.
La ville est passée de 204 ha de surfaces tondues annuellement en 2015 à 136 ha de surfaces tondues annuellement en 2017 soit une réduction des volumes de tontes de 34 %.
Par ailleurs, le volume des déchets verts est limité par la pratique du mulching lors des tontes.
Le reliquat des déchets verts ramassés est évacué vers des plate-formes de compostage pour valorisation.
Les déchets de coupe de bois sont broyés et réutilisés en paillage comme Bois Raméal Fragmenté en pieds de plantation.

En 2017, les 185 tonnes de déchets verts générés ont été intégralement valorisées dans les espaces verts ou sur site de compostage.

Valorisation du patrimoine forestier

Le patrimoine arboré de la ville, hors forêt péri-urbaine, est constitué d'environ 2 650 arbres
Pour un arbre abattu, nous en replantons 2.

La forêt péri-urbaine, située à la Ballastière, s'étend sur 6,5 ha.
Des opérations de régénération forestière y sont effectuées. Ainsi, en 2015 et 2016, 800 arbrisseaux ont été replanté sur une surface de 1 ha.
Essences plantées : chênes sessiles, érables sycomores, aulnes glutineux
Cette régénération s’accompagnera par la reproduction spontanée de merisiers, saules et noisetiers .
Cette opération s’était avérée nécessaire pour des raisons sécurité par rapport à la proximité d’un lieu très fréquenté par de nombreux visiteurs.